Infos du jour

 

Un protocole de mutualisation partielle des flottes
 a été signé entre l’Aéroclub Paul Tissandier et le SGAC :
à partir du 1er juillet et sous réserve du paiement d’une cotisation de 50€,
les membres de Tissandier peuvent voler sur les deux C172 G1000 du SGAC (voir document déposé au bureau). 

 

 

 

F-HARV est de retour à Saint-Cyr.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

cool

 
Menu déroulant horizontal by Papinou




Facebook

Espace public
Liens utiles

L'utilisation des informations reste sous la responsabilité du pilote

Calendrier
Recherche



Visites

 239250 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
Infos - Historique

 

Histoire de l'aérodrome

 

La vocation aéronautique de Saint-Cyr-l'École date du début du XXe siècle.

Le comte de la Vaulx fait construire en 1907 « aux portes de Saint-Cyr » un hangar pour abriter un dirigeable dit aéronat. La même année, Santos-Dumont poursuit les essais de son monoplan surnommé la Demoiselle, reliant Saint-Cyr à Buc à la vitesse de 90 km/h .

Trois ans plus tard, le dirigeable, La Liberté, fait une série d'ascensions ayant pour base un hangar démontable sur le terrain qu'occupera ultérieurement la base aérienne 272.

Et le premier dirigeable à carcasse rigide le Spiess est construit par la société Zodiac en 1913.

En 1911 est créé l'institut aérotechnique (IAT) par Deutsch de la Meurthe pour effectuer « toutes recherches et essais concernant la technique des appareils en équilibre ou en mouvement dans l'air ».

Des recherches entreprises à partir de 1909 par Gustave Eiffel aboutissent en 1911 au dépôt d'un brevet qui concerne un dispositif (diffuseur placé en sortie de veine d'expériences), ayant pour but d'augmenter le rendement énergétique des installations destinées à créer des courants d'air artificiels (souffleries).

En septembre 1912, le capitaine Eteve est promu chef du centre aéronautique de Saint-Cyr-l'École : l'aviation et l'aérostation sont regroupées sous ses ordres. Le terrain en bordure de la « route aux cochons » (l'actuelle rue du Docteur Vaillant) est retenu, ainsi que la caserne Charles Renard, destinée à recevoir les pilotes.

En 1913, le premier groupe d'aérostation se trouve à Saint-Cyr-l'École. De nombreux essais de dirigeables sont effectués, des « saucisses » sont montées dans les ateliers de la base où beaucoup d'ouvrières de la commune sont employées à l'entoilage.

En août 1914, au début de la première guerre mondiale, le camp de Mourmelon est replié à Saint-Cyr-l'École et pendant la guerre, le champ d'aviation devient un énorme atelier et un centre de réparation des appareils endommagés qui arrivent par trains entiers. 4000 personnes, civils et militaires y travaillent en 1917.

En 1944, les bombardements massifs des alliés détruisent les installations militaires et la ville. A partir de 1946, la base est amputée de son aérodrome, lequel est cédé au ministère des Travaux Publics et des Transports et devient géré par Aéroports de Paris.

L'aérodrome aujourd'hui

Avec 1250 pilotes répartis sur 12 aéroclubs et une école de formation hélicoptère, l'aérodrome affiche chaque année plus de 70 000 mouvements.

 

Histoire du Club par Claude Chevreux

L’association naquit des cendres de l’aéro-club de SAINT-GERMAIN en 1947. Elle était située en bordure de Seine, à Montesson, face et au pied de la terrasse du Château.

A cette époque la plate-forme avait été implantée pour servir de centre d’essais aux stampes S.V.4, construits après la guerre, à la SCAN de Sartrouville. Les appareils étaient acheminés au terrain par péniche pour y être essayés en vol.

Les deux personnages, clés de voûte de l’association, furent Philipe Waldberg industriel et Jean Cavin Garagiste (à droite sur la photo à coté de Pierre BLIN autre figure du club).Grâce à leur passion et aussi à leurs moyens financiers, ils permirent jusqu’en 1955 de lisser toutes les difficultés qui n’ont pas manqué au cours de cette période.

Pourquoi, le Club porte il le nom de ce prestigieux précurseur, mal connu des passionnés que nous sommes?


Philipe Waldberg habitait Croissy, il avait comme voisin la famille TISSANDIER. Avec l’accord de celle-ci, il emprunta le nom de Paul TISSANDIER.


Pour mémoire, il est bon de rappeler à la communauté l’action de Paul TISSANDIER à l’arrivée en France des Frères WRIGHT :


Paul Tissandier et le Comte de Lambert se sont très vite intéressés à l’invention des deux frères. Paul était déjà passionné des choses de l’air. Son oncle Gaston lui donna le goût du vol en qualité d’aérostier et, convaincu que cette découverte allait faire prodigieusement progresser l’homme dans l’espace, il se porta acquéreur d’un fameux FLYER.

L’histoire dit qu’après avoir été formé et breveté par l’un des deux frères ( brevet N° 10), il entama des négociations pour financer l’achat de son appareil. A ce propos, la convention avec les financiers, stipulait qu’il devait former bénévolement cinq pilotes parmi des militaires, dont le Capitaine Etévé. C’est ainsi qu’il devint le premier instructeur bénévole sur ce type d’appareil.


Titulaire des premiers records notre homme s’effaça devant les Blériot, Farman et Santos Dumont, pour se consacrer à des tâches plus obscure telle que l’homologation des records et la mise sur pied de la Fédération aéronautique internationale et l’aéro-club de France.


Cela étant dit, il est bon de revenir au tout début de l’aéro-club à Montesson, si l’un des lecteurs circule un jour sur la route D 121 du Vésinet vers Sartrouville, juste avant de passer sous l’ouvrage de l’autoroute A 14, sur la gauche, se situait le terrain. Un hangar y était implanté (identique à celui de Saint-Cyr) ainsi qu'une maison préfabriquée, qu’avait su négocier le Président Waldberg. Elle servait de Club-house et de logement pour le mécanicien. C’est en 1954 que l’épopée se termina par un transfert vers Saint-Cyr. Rendons hommage au Président Waldberg en précisant que sans ses démarches et ses relations, nous n’aurions pu bénéficier de l’emplacement dont nous disposons aujourd’hui.


En 1955 le président Jacques DUBOIS reprit la destinée du Club et comme un chef d’entreprise qu’il était, il a su inculquer aux futurs Présidents les valeurs qui permirent à cette association de se maintenir parmi les plus appréciées de la région Parisienne.

 

Claude Chevreux, Chef pilote, 10 000 heures de vol,"moustachu"du club.

 

 


Date de création : 20/04/2012 @ 08:35
Dernière modification : 20/04/2012 @ 08:39
Catégorie : Infos
Page lue 5732 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Réactions à cet article

 
^ Haut ^